Syndicat de l'Emploi et de l'Immigration du Canada - https://ceiu-seic.ca/fr/generalites/le-10-decembre-journee-des-droits-de-lhomme/
décembre 8, 2014

Le 10 décembre – Journée des droits de l’homme

Le 10 décembre – Journée des droits de l’homme

hrrr pic1

Que sont les droits de l’homme ?

Ce sont les droits qu’il est justifiable d’accorder à toute personne. Parfois appelés « droits de l’homme fondamentaux » ou « droits humains fondamentaux », ce sont les droits que vous avez simplement parce que vous êtes un être humain.

Le 10 décembre 1948, l’Organisation des Nations Unies a adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme et a incité ses différents pays membres à voir à ce que tous les membres de leur population puissent jouir de tous les droits humains. C’est ainsi que le 10 décembre est devenu une journée marquante dans l’histoire du monde et c’est pourquoi le 10 décembre est célébré chaque année dans le monde entier en tant que Journée des droits de l’homme.

Les droits humains sont fondés sur le principe du respect de la personne. L’hypothèse de base est que chaque personne est un être moral et rationnel qui mérite d’être traité avec dignité. On parle de droits humains parce qu’il s’agit de droits universels. Si des nations ou des groupes particuliers jouissent de droits qui leur sont propres, les droits humains sont ceux que peut exercer toute personne, où qu’elle se trouve, du simple fait de son existence.

Puisque la méconnaissance et le mépris des droits humains ont donné lieu à des actes de barbarie qui ont révolté la conscience de l’humanité, il est indispensable que les droits humains soient protégés par un régime de droit pour que les humains ne soient pas contraints, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.

Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Premières nations, Inuit et Métis du Canada

hrrr pic2

Nous avons reconnu que les mouvements les plus efficaces de protection des droits humains sont dirigés par les détenteurs et détentrices de ces droits. Nous devons appuyer les personnes qui défendent les droits humains des Autochtones en encourageant nos membres et le grand public à se prononcer en toute conscience sur ces questions cruciales puisque les Autochtones continuent de faire face à un appauvrissement général, à des logements inhabitables, à l’insécurité alimentaire, à l’insuffisance de l’accès aux soins de santé et à l’insalubrité de l’eau.

Depuis une décennie, les organisations et les activistes autochtones ont assisté à un appauvrissement et à une marginalisation inacceptable des collectivités autochtones dont les résultats tragiques, entre autres, ont compris l’exposition des femmes autochtones à d’atroces niveaux de violence à la maison et dans les rues des villes canadiennes. Nous devons nous joindre aux Autochtones pour réclamer un accès juste et équitable à des services de base tels que l’eau salubre que la plupart des Canadiens et Canadiennes tiennent pour acquis.

« Malheureusement, nous vivons dans un monde où les droits fondamentaux ne sont pas toujours respectés. Des innocents sont continuellement persécutés en raison de leur orientation sexuelle, de leur allégeance politique et de leurs croyances religieuses. Les défenseurs des droits de la personne sont punis et torturés pour avoir tenté de créer un monde où les droits de tous les citoyens, y compris les femmes et les filles, sont protégés et reconnus. »

« Nous sommes trop souvent témoins de violations flagrantes du droit à la liberté de religion. L’histoire de l’humanité montre que la liberté de religion et la liberté démocratique sont indissociables. » Le monde dans lequel nous vivons voit la brutalité déclenchée depuis la nuit des temps chez le commun des mortels par la soif de richesse et de pouvoir de dirigeants insatiables. Cette brutalité ne peut être éliminée que grâce à la solidarité entre nous.

Toujours en toute solidarité,

Sebastian Rodrigues

Vice-président national du SEIC aux droits de la personne

sebastian.ceiu@hotmail.ca

Rechercher ce site Web

laPersonnelle