Syndicat de l'Emploi et de l'Immigration du Canada - https://ceiu-seic.ca/fr/generalites/il-faudra-plusieurs-annees-et-beaucoup-plus-que-les-540-millions-de-dollars-reserves-pour-reparer-son-systeme-de-paye-phenix/
novembre 22, 2017

Il faudra plusieurs années et beaucoup plus que les 540 millions de dollars réservés pour réparer son système de paye Phénix

Il faudra plusieurs années et beaucoup plus que les 540 millions de dollars que le gouvernement libéral a réservés à cette fin pour réparer son système de paye qui bat de l’aile, a indiqué mardi le chien de garde des dépenses du Canada.

Au cours de ses six vérifications automnales, le Vérificateur général Michael Ferguson a constaté que les gouvernements successifs n’ont pas su réparer le fiasco du système de paye Phénix, ce qui veut dire que des milliers de fonctionnaires reçoivent trop de rémunération, n’en reçoivent pas assez ou n’en ont pas reçu du tout.

M. Ferguson dit que le gouvernement sous-estime à la fois le délai de trois ans et le coût de 540 millions de dollars d’une solution efficace à long terme, et il incite le Conseil du Travail du Canada et Services publics et Approvisionnement Canada à surveiller la mise en œuvre du plan et à publier des rapports à son sujet.

Mais il affirme que même s’il pose de graves problèmes, on aurait tort de supprimer le système Phénix après sept années de développement et de mise en œuvre.

« S’ils recommençaient à zéro, je vois mal comment ils pourraient se retrouver dans une meilleure situation », a-t-il dit. « Je crois qu’au point où nous en sommes, la seule option valable consiste à tenter de régler le problème à l’aide du système tel qu’il existe actuellement. »

La création et la mise en œuvre du système de paye Phénix ont coûté 310 millions de dollars, ce qui signifie que le coût global de l’établissement et de la réparation du programme monte peu à peu vers le milliard de dollars.

Frustrés et en colère

Crystal Warner, vice-présidente exécutive nationale du Syndicat de l’Emploi et de l’Immigration du Canada, a indiqué que ses propres déboires causés par des paiements en trop et des paiements insuffisants l’ont laissée « incroyablement frustrée et en colère ».

Elle incite le public canadien à être patient et compréhensif à l’égard des fonctionnaires fédéraux qui cherchent de nouveaux moyens d’obliger le gouvernement à agir.

Les fonctionnaires ont manifesté contre le défectueux système de paye Phénix. (Julie Ireton/CBC)

« Si nous commençons à intensifier nos efforts, vous devez essayer de comprendre comment votre famille et vous vous sentiriez si vous ne receviez pas votre paye et n’arriviez pas à mettre du pain sur la table », a-t-elle déclaré à CBC News. « Efforcez-vous d’avoir de l’empathie à notre égard pendant que nous commençons à examiner de nouvelles options. »

Avant le dépôt du rapport de vérification, Carla Qualtrough, ministre des Services publics, a envoyé une lettre aux fonctionnaires fédéraux pour s’excuser du désastreux système de paye la semaine dernière tandis que l’arriéré atteignait 520 000 cas.

« Je suis vraiment désolée que plus de la moitié des fonctionnaires continuent d’avoir des problèmes de paye. Un trop grand nombre d’entre vous attendez depuis trop longtemps votre paye », a-t-elle déclaré dans sa lettre du 16 novembre.

L’arriéré des cas comprend 265 000 dossiers de paiement en trop, de paiement insuffisant ou de non-paiement, situation que la ministre a qualifiée d’inacceptable dans sa lettre.

Au cours d’une conférence de presse tenue aujourd’hui, madame Qualtrough a dit que la situation était « plus qu’inacceptable » et que le gouvernement n’exclut aucune option pour trouver une solution à long terme, y compris l’élimination du système.

Elle est désormais chargée de stabiliser la situation en prenant des mesures qui englobent l’ouverture de nouveaux centres d’appels et le recrutement de personnel supplémentaire. Cependant, elle a blâmé le gouvernement conservateur précédent d’avoir insisté pour implanter le Phénix afin d’économiser de l’argent.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur, a rejeté le blâme sur les Libéraux, soutenant que le gouvernement Trudeau s’est empressé de lancer le Phénix en dépit des avertissements selon lesquels il n’était pas prêt. Qualifiant la situation de fiasco, il a indiqué que les problèmes avaient empiré au cours des deux années qui se sont écoulées depuis que les Libéraux ont commencé à surveiller la situation.

Il a exprimé de la sympathie à l’égard des familles affectées par les problèmes de paye à l’approche des fêtes de fin d’année.

« Nous exigeons que le gouvernement prenne ces sujets d’inquiétude au sérieux et règle ces problèmes », a-t-il dit.


L’ARC donne de l’information erronée

Les vérificateurs ont en outre découvert des normes de service lamentables dans les neuf centres d’appels de l’Agence du revenu du Canada, signalant que près du tiers des personnes qui appellent ces centres ont reçu de l’information erronée.

Et nous ne parlons que des personnes qui ont réussi à parler à une agente ou à un agent.

La plupart des personnes en question ont dû rappeler plusieurs fois au cours d’une même semaine puisque plus de la moitié des appels ont été « bloqués », ce qui veut dire que l’appelante ou l’appelant a reçu un signal d’occupation ou un message automatisé leur demandant de rappeler.

 

Le Vérificateur général Michael Ferguson dit que 30 % des personnes qui communiquent avec un centre d’appels de l’Agence du revenu du Canada reçoivent des renseignements erronés. (Sean Kilpatrick/Presse canadienne)

La vérification a révélé que des « équipes de régulation du trafic » dans chaque centre étaient chargées de voir à ce que les appels soient pris dans un délai de deux minutes.

L’ARC a indiqué que les appelantes et appelants préféraient que leur appel soit bloqué plutôt que de demeurer en ligne à attendre, mais elle n’a pas présenté de preuve à l’appui de ses dires.

Les appels aux centres de soutien de l’ARC ont augmenté de 27 % de 2012-2013 à 2016-2017, principalement en raison des modifications apportées à la législation fiscale, y compris à l’Allocation canadienne pour enfants.

« Cette vérification est importante parce que les centres d’appels sont une des principales sources d’information. Si les contribuables ne peuvent pas obtenir de l’information exacte en temps opportun, il se peut qu’ils présentent des déclarations erronées, qu’ils n’en présentent pas, qu’ils paient trop peu ou trop d’impôt (et plus tard fassent l’objet d’une nouvelle cotisation) ou qu’ils ne reçoivent pas des prestations auxquelles ils ont droit », a écrit M. Ferguson dans la vérification.

Pendant la conférence de presse, il a indiqué que le fait que l’ARC induise les gens en erreur a de graves conséquences.

« Je crois qu’il est inévitable que si les gens reçoivent des réponses erronées, il leur arrivera d’établir des déclarations de revenus fondées sur ces réponses », a-t-il précisé.

« Très, très inquiétant »

David Christopherson, député fédéral néo-démocrate, a qualifié la situation de « très, très inquiétante » et dit qu’elle risque d’avoir des répercussions désastreuses.

« Combien de Canadiens qui ont eu la chance de joindre un agent et d’obtenir une réponse ont employé cette réponse pour établir leur déclaration de revenus seulement pour se rendre compte qu’ils comptaient parmi les 30 % qu’on a induits en erreur? », a-t-il demandé.

« Et ce sont eux qui sont responsables de la teneur de leur déclaration d’impôt. »

Diane Lebouthillier, ministre du Revenu national, a déclaré que le gouvernement répondra en dressant un plan à trois volets englobant une meilleure formation, la modernisation de la technologie et une hausse des normes de service.

Il a été indiqué que les lacunes de la formation comptent parmi les principales raisons pour lesquelles des renseignements erronés sont donnés couramment à des particuliers et à des entreprises contribuables. Le gouvernement a annoncé qu’il prévoit implanter en 2018 une nouvelle technologie destinée à accroître l’efficacité des centres d’appels.

Le Premier ministre Justin Trudeau a déclaré que son gouvernement a hérité des résultats des compressions des coûts auxquelles les Conservateurs ont procédé pour équilibrer le budget.

« Nous nous efforçons de rétablir le niveau de service auquel les Canadiennes et les Canadiens s’attendent et nous avons encore du travail à accomplir pour réparer les dégâts causés », a-t-il dit en réponse à des questions posées à maintes reprises à la Chambre des communes.

Autres principales conclusions de la vérification :

 

Voir l’article en ligne ici. (Anglais Seulement)

Rechercher ce site Web

laPersonnelle