Syndicat de l'Emploi et de l'Immigration du Canada - https://ceiu-seic.ca/fr/generalites/13107/
mars 8, 2017

Journée internationale des femmes

La Journée internationale des femmes (JIF), appelée initialement Journée internationale des femmes au travail, a été célébrée pour la première fois en tant qu’événement politique socialiste le 8 mars 1909 à New York, où des femmes sont descendues dans la rue pour revendiquer des droits dans le domaine du travail.

Plus tard, en 1912, des femmes sont descendues dans la rue à Lawrence, au Massachusetts, pendant la grève du textile, mieux connue sous le nom de grève « du pain et des roses ». S’unissant contre la réduction des salaires imposée par leurs employeurs, ces femmes ont réussi à régler la grève après deux mois et à obtenir des augmentations salariales et une rémunération des heures supplémentaires. Au fil de nombreuses décennies, des consœurs ont fait preuve du courage et de la solidarité qui sont des facteurs critiques de l’amélioration des conditions.

En tant que membres du SEIC, nous devrions prendre le temps de réfléchir aux progrès que nous avons réalisés au nom de l’ensemble des membres au fil des années et aux obstacles qu’il reste à surmonter pour atteindre à l’égalité des sexes.

En 2017, une nouvelle génération de féministes doit se demander ce qu’elle est prête à faire pour relever la barre en matière d’équité. Nous devons continuer à nous serrer les coudes, consœurs et confrères, afin de lutter pour des services de garde à l’enfance à prix abordable et de défendre nos conditions de travail, y compris les horaires souples qui aident les parents à concilier le travail et la vie familiale.

Le SEIC se compose principalement de femmes et il a pour fière tradition d’aider nos consœurs à participer à ses activités sur un pied d’égalité avec nos confrères. Il reste encore beaucoup à faire pour atteindre à l’égalité. Plus souvent qu’autrement, les femmes demeurent les principales fournisseuses de soins dans nos familles, et le SEIC s’efforce principalement de protéger ses membres contre l’élimination d’emplois dans la fonction publique et de revendiquer les services publics dont les parents et les enfants ont besoin.

Il arrive souvent que le changement social soit lent, mais les syndicats forts continuent à contribuer à la reconnaissance du travail des femmes et à militer en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes. Les comités locaux, régionaux et nationaux de notre syndicat sur la condition féminine recherchent des membres. Nos comités peuvent cerner des enjeux ainsi qu’établir des résolutions destinées au congrès et des revendications de négociation collective permettant de rectifier des iniquités. Au cours de notre congrès le plus récent, les délégué-e-s ont adopté une résolution faisant date qui dote le SEIC d’un Comité national sur la condition féminine. De plus, nos vice-présidentes nationales à la condition féminine ont désormais un nouveau mandat : celui de participer aux réunions nationales avec l’employeur pour défendre les causes de condition féminine.

Tant que les femmes ne seront pas équitablement représentées aux niveaux supérieurs de la direction de la fonction publique et de notre syndicat, nous n’aurons pas des droits égaux ou des voix égales.

En cette Journée internationale des femmes, demandons-nous comment nous, consœurs et confrères, pouvons activement provoquer les changements que nous souhaitons voir et célébrons les manifestations de courage et de détermination qui ont joué un rôle extraordinaire dans notre syndicat, nos lieux de travail et nos collectivités.

Rechercher ce site Web

laPersonnelle