Syndicat de l'Emploi et de l'Immigration du Canada - http://ceiu-seic.ca/fr/medias/le-personnel-de-service-canada-se-joint-au-public-pour-denoncer-les-fermetures-de-bureaux-et-la-reduction-des-services-dans-lensemble-de-terre-neuve-et-labrador/
février 7, 2011

Le personnel de Service Canada se joint au public pour dénoncer les fermetures de bureaux et la réduction des services dans l’ensemble de Terre-Neuve-et-Labrador

ST. JOHN’S – Le syndicat représentant les employé-e-s fédéraux qui fournissent des services ayant trait à l’emploi et aux pensions et d’autres importants services dans l’ensemble de Terre-Neuve-et-Labrador se joint au nombre grandissant de personnes qui reprochent à Service Canada de réduire considérablement les services dans un grand nombre de petites communautés de la province.

Service Canada a annoncé la fermeture de ses « bureaux d’extension » dans les 13 communautés de Port Saunders, Pollards Point, Bonavista, Burgeo, HR Breton, Forteau Labrador, Ramea, New Wes Valley, Twillingate, Old Perlican, Trepassy, Baie Verte et St. Albans.

Denise Richey, vice-présidente nationale du Syndicat de l’Emploi et de l’Immigration du Canada (SEIC) représentant ses membres de Terre-Neuve-et-Labrador, dit que Service Canada prévoit plutôt envoyer un membre de son personnel passer une journée toutes les deux semaines dans ces communautés. « Cela ne consiste qu’à faire passer des grandes villes aux plus petites des membres d’un personnel déjà débordé de travail. 

« Les compressions fédérales ont été telles que le nombre de nos membres travaillant dans des bureaux ruraux a été ramené d’environ 40 à de 10 à 15. Le résultat net est une diminution radicale de l’accès, des temps d’attente plus longs et un légitime sentiment d’être des citoyens et citoyennes de second ordre. Les personnes qui font appel à ces bureaux méritent rien de moins que le même niveau de services professionnels de qualité que nos membres fournissent aux autres Canadiens et Canadiennes. »

Jeannette Meunier-McKay, présidente nationale du syndicat, dit que la fermeture « pénalisera les petites communautés où, en général, la population est plus vieille et le taux de chômage est plus élevé. Service Canada traite de nouveau avec mépris la population de Terre-Neuve-et-Labrador, et l’on peut supposer que c’est avec l’aval du gouvernement Harper ».

Le SEIC jouit du plein appui de l’agent négociateur de ses membres, soit l’Alliance de la fonction publique du Canada. « Nous sommes fiers des services que nous fournissons à tous les Canadiens et les Canadiennes. La réduction de ceux-ci dans les régions rurales, particulièrement à Terre-Neuve-et-Labrador, est une atteinte tout à fait inacceptable portée aux droits des personnes âgées et des sans-emploi », ajoute Jeannie Baldwin, vice-présidente exécutive régionale de l’AFPC pour la Région de l’Atlantique.

La décision de Service Canada a été prise à un moment où les relations du ministère avec ses employé-e-s sont particulièrement mauvaises. Le 25 janvier, les dirigeant-e-s syndicaux du SEIC à Terre-Neuve-et-Labrador ont voté en faveur de l’interruption des consultations avec la direction sur bon nombre de questions, y compris la dotation, les niveaux de service et la charge de travail.

Le Syndicat de l’Emploi et de l’Immigration du Canada représente plus de 19 000 employé-e-s de la fonction publique fédérale, y compris ceux qui conseillent des client-e-s, traitent les demandes d’assurance-emploi et mettent en œuvre les régimes de pensions et les programmes de la sécurité du revenu.

– 30 –

Renseignements :

Denise Richey, vice-présidente nationale du SEIC, Terre-Neuve-et-Labrador : (mobile) 709-746-9743

Jeannette Meunier-McKay, présidente nationale du SEIC :

(mobile) 613-762-1781

 

Rechercher ce site Web

laPersonnelle