Syndicat de l'Emploi et de l'Immigration du Canada - http://ceiu-seic.ca/fr/generalites/journee-des-droits-de-lhomme-le-10-decembre-2/
décembre 9, 2016

JOURNÉE DES DROITS DE L’HOMME – le 10 décembre

Le SEIC marque la Journée des droits de l’homme chaque année le 10 décembre pour commémorer le jour où, en 1948, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme. Le 10 décembre, nous réfléchissons aux droits de la personne au Canada et dans le monde entier.

La Journée des droits de l’homme est l’occasion pour tous de défendre leurs droits. Bon nombre d’entre nous craignent l’orientation que prend le monde. Le mépris des droits humains fondamentaux demeure répandu dans toutes les parties du globe. Des mouvements extrémistes font subir d’horribles violences aux gens. Des messages d’intolérance et de haine alimentent nos craintes. Les valeurs humaines sont menacées.

Je crois qu’il est temps de nous serrer les coudes en solidarité. Nous, les gens de tous les horizons, pouvons défendre nos droits. Ensemble, nous pouvons revendiquer plus d’humanité. Chacun d’entre nous peut et devrait se prononcer pour défendre les droits des réfugiés, des migrants, des Premières nations, Métis et Inuit, des membres ayant un handicap, des gais, lesbiennes et personnes bisexuelles et transgenres, des membres de groupes raciaux visibles, des femmes, des enfants et de toute autre personne qui risque de faire l’objet de discrimination ou de violence.

Quand les droits de la personne sont mal connus et mal compris, des violations telles que la discrimination, l’intolérance, l’injustice et l’oppression peuvent malheureusement se produire. Du point de vue des droits de la personne, toute personne a droit au respect, à la dignité et à l’égalité et a le droit de ne pas faire l’objet de discrimination dans sa collectivité et son lieu de travail ni au sein de son syndicat. Les droits de la personne sont universels.

Nous devons continuer à nous appliquer à éliminer le harcèlement injuste des personnes innocentes. C’est notamment en nous impliquant que nous y parviendrons.

Dans nos lieux de travail, il arrive que nous nous heurtions à des obstacles ayant trait aux droits de la personne, comme par exemple les troubles de santé mentale et les handicaps invisibles. Si nous luttons et souffrons en silence, nous nous trouvons à nous détruire à petit feu. Nous devons avoir le courage d’étudier nos options; il n’y a pas de meilleure solution que de s’auto-identifier et de chercher des réponses en participant à des événements syndicaux.

En toute solidarité,

Sebastian Rodrigues,
adjoint au fiduciaire, droits de la personne et
adjoint au fiduciaire, région de l’Ontario

 

CEIU-SEIC

Rechercher ce site Web

laPersonnelle