Syndicat de l'Emploi et de l'Immigration du Canada - http://ceiu-seic.ca/fr/campagnes-et-enjeux/la-modification-du-traitement-de-lae-menace-les-emplois-dans-des-communautes-des-differentes-parties-du-canada/
août 26, 2011

La modification du traitement de l’AE menace les emplois dans des communautés des différentes parties du Canada

On commence à mieux comprendre l’élimination d’emplois dans les différentes communautés du pays que comportera le projet de Service Canada à l’égard du traitement de l’AE et des centres d’appels. Au cours d’une conférence téléphonique entre la direction supérieure de Service Canada et l’Exécutif national du SEIC, il a été confirmé que les 120 lieux de traitement des demandes d’AE seront ramenées à 19 d’ici trois années, ce qui frappera durement les petites communautés et les travailleurs et travailleuses intéressés. De plus, les centres d’appels spécialisés passeront de 14 à 12.

Pendant la téléconférence, la présidente nationale Jeannette Meunier-McKay a demandé au ministère des précisions sur les lieux affectés et le nombre de membres du personnel se trouvant à chaque endroit. « Les membres et leurs communautés méritent de savoir exactement ce à quoi ils devront faire face », a indiqué madame Meunier-McKay, « et quand ils le sauront, ils auront un mot à dire au gouvernement fédéral ». Service Canada s’est engagé à donner l’information demandée au syndicat.

Le syndicat transmettra son message aux député-e-s fédéraux dont la circonscription risque de subir des pertes d’emploi. La technologie actuelle permet de maintenir des emplois de traitement des demandes dans les communautés petites et isolées. Le personnel de ces communautés est tout à fait aussi productif que celui des autres parties du pays, et sa rémunération soutient l’économie locale.

En gros, environ 600 emplois seront éliminés dans les différentes parties du pays au cours des trois prochaines années. La direction soutient que la réduction des effectifs peut être réalisée grâce à l’érosion normale des effectifs, à des réaffectations et au recyclage, mais l’effet net est une diminution des emplois dans près de 100 communautés. Et bien qu’il soit encourageant d’entendre dire que les mises en disponibilité ne font pas partie des projets actuels de la direction, les modalités de l’érosion normale des effectifs, des réaffectations et du recyclage indiqueront le degré d’optimisme justifié.

L’employeur n’a pas reconnu que ces changements déclenchent l’application de la Politique sur le réaménagement des effectifs mais le syndicat ne voit pas les choses du même œil selon l’information dont il dispose. Les dispositions de la convention collective sur le réaménagement des effectifs stipulent que le personnel affecté a des droits clairement définis par rapport à ce que prévoit le système du Comité de gestion des postes vacants créé par Service Canada pour traiter des réductions du personnel. Le syndicat contestera l’affirmation de l’employeur au sujet du réaménagement des effectifs.

Nous incitons les sections locales à discuter de la compression des effectifs prévue avec leurs député-e-s fédéraux, les dirigeant-e-s municipaux et les médias locaux au cours des prochaines semaines. Une section spéciale du site Web du syndicat national comprendra des documents appuyant la campagne « Meilleur service : le temps presse ! » et les sections locales pourront obtenir de l’aide des membres de l’Exécutif national des différentes parties du pays.

« Cette compression, comme les autres que le gouvernement peut projeter, sera contestée par une intensification de l’action politique du syndicat », a indiqué la présidente nationale Jeannette Meunier-McKay, « parce que nos emplois, nos communautés et les services qui importent aux Canadiennes et Canadiens sont en grave péril ».

Rechercher ce site Web

laPersonnelle